L’année 2016 a vu le lancement de plusieurs casques de réalité virtuelle par les plus grands constructeurs (HTC, Samsung) et même par des géants du web comme Facebook et Google. Mais cette technologie pose encore des problèmes d’adaptation. Amontech fait le bilan.

Cela fait longtemps que la science a prédit que dans le futur, nous évoluerions au sein de paysages virtuels. Certains affirment même que nous nous trouvons dans un monde proche des films de sciences fiction. Des recherches (notamment menées par les développeurs de logiciels) décrètent que d’ici à 5 ans, soit en 2021, la réalité virtuelle fera partie de notre quotidien.

Amontech fait son analyse sur le marché de la réalité virtuelle.

D’après une étude menée par les développeurs de logiciels de l’entreprise The Foundry, de plus en plus de personnes seraient prêtes à abandonner leur télévision ou leur écran pour des simulations numériques.

Des études montrent que les consommateurs ne sont pas prêts à débourser plus de 190 euros dans un système VR. C’est toujours moins cher qu’une console de jeu. Mais l’écart de prix pourrait s’amoindrir plus vite que prévu.

 

Le marché de la réalité virtuelle (VR) mise principalement sur les joueurs de jeu vidéo pour décoller, mais la réalité virtuelle ne serait finalement pas tellement adaptée à des expériences ludiques.

La réalité virtuelle a besoin d’applications « qui soient du tout nouveau contenu », contrairement aux jeux vidéo qui cherchent à importer en VR des recettes qui ne fonctionnent que sur un écran classique, comme la course ou le tir en vue subjective. Amontech remarque par exemple Tilt Brush, une application de dessin en trois dimensions beaucoup plus accessible et contemplative.

Quelle trajectoire en 2017 pour le marché des casques de réalité virtuelle ?

L’avenir reste difficile à lire, même sur le court terme Amontech analyse.

Quand Forbes entrevoit une véritable dynamique illustrée par le hackathon « Global WebVR » organisé jusqu’à fin janvier, le Wall Street Journal se montre plus circonspect, pointant du doigt le manque de contenus, tandis que Digitimes souligne l’inadéquation entre l’offre de composants électroniques et les exigences des casques de nouvelle génération : l’incertitude règne quant à la tournure du marché de la réalité virtuelle.

Amontech

Publicités